Recherches

Les activités de recherche du Groupe de physique de la matière condensée portent sur l’étude des propriétés physiques et technologiques des couches minces, des surfaces et des interfaces dans les domaines des matériaux et procédés pour la microélectronique et la nanoélectronique, la photonique et les revêtements fonctionnels.

Ces recherches visent à comprendre de manière fondamentale les systèmes physiques offrant un potentiel important de développements technologiques.

S’appuyant à la fois sur une solide base expérimentale et théorique, les chercheurs bénéficient, notamment par leur appartenance au Groupe de recherche en physique et technologie des couches minces (GCM), de ressources considérables.

Les sujets de recherche, variés et complémentaires, portent notamment sur :

  • la physique des semiconducteurs et des hétérostructures à confinement quantique;
  • les multicouches métalliques nanostructurées et leurs propriétés électriques et magnétiques;
  • l’implantation d’ions de haute énergie pour la modification et l’analyse des matériaux;
  • les défauts et les processus de transport atomique dans les matériaux;
  • les systèmes désordonnés et la relaxation.

Ces systèmes sont étudiés au moyen d’une variété de techniques expérimentales (spectroscopie optique, implantation ionique, etc.) et théoriques (calculs ab initio relevant de la théorie fonctionnelle de la densité, de la dynamique moléculaire, des algorithmes de relaxation, de Monte-Carlo cinétique, etc.).

Le Groupe de physique de la matière condensée bénéficie de subventions de recherche importantes. Avec les centres en matériaux de l’Université McGill et de l’Université de Sherbrooke, il constitue l’un des 3 pôles du Réseau québécois sur les matériaux de pointe (RQMP), un regroupement stratégique FQRNT. Ce réseau est le plus grand regroupement de chercheurs en matériaux au pays et dispose d’une force de frappe considérable dans le domaine des matériaux de pointe.

Le GCM est également financé par le réseau NanoQuébec et est titulaire d’une importante subvention d’infrastructure du CRSNG. Les théoriciens sont membres de Calcul Québec et bénéficient d’une infrastructure de calcul de très grande puissance, en plus de fonds substantiels pour le développement et l’optimisation d’outils informatiques. Trois équipes de recherche FQRNT ont leurs racines dans le groupe.

Ce contenu a été mis à jour le 5 octobre 2015 à 11 h 04 min.